Skip to main content
Nouvelles

Portrait de l'entreprise

Par 4 mars 201627 août 2022Aucun commentaire

Selon M. Verba, la nourrisseur joue un rôle central lorsque le porc divise ses zones fonctionnelles. Verba a acquis ces connaissances en gardant la production, le service et la maintenance en interne.

Et ils aimeraient partager ces connaissances avec l'agriculteur et les institutions de recherche.

Bert Verbakel a été entouré d'auges toute sa vie. Outre la création de sa propre exploitation porcine à Sint Oedenrode, Bert a commencé à fabriquer des mangeoires en acier et en éternit sous la marque Verba en 1971. Aujourd'hui, l'élevage de porcs avec 1 500 engraisseurs a cessé, mais les produits de Verba sont présents dans le monde entier. "Fondamentalement, nous sommes actifs dans tous les pays qui ont des porcs", dit-il.

De l'acier au plastique

"En 1978, pour des raisons de durabilité, nous avons commencé à produire des récipients pour liquides en plastique. Nous étions les premiers sur le marché. Mais le marché n'était en fait pas encore prêt pour cela.

À l'époque, les auges les plus populaires étaient encore fabriquées en éternit, une matière première moins chère", se souvient Bert Verbakel. "Lorsque la législation sur le fumier a été élaborée au début des années 80, nos bacs à purin en plastique sont devenus plus populaires. Pas tellement à cause du matériau, mais plutôt à cause de la réduction des déversements. Avec les plateaux liquides, la production de fumier par porc est passée de 2 m3 à 1 m3 par an. À cette époque, nous nous sommes considérablement développés et avons commencé à nous concentrer sur l'exportation.

Aujourd'hui, rien n'a vraiment changé en ce qui concerne les managers. " La vente des auges reste un problème de prix, notamment avec les Européens. Tout d'abord, la grange entière est construite et meublée, et les auges viennent en dernier. Cela ne rend pas vraiment justice à

L'utilité des auges", ça sonne ferme.

Plus de conseils

Bert affirme que le rôle de la cuvette est sous-estimé. "Les mangeoires jouent un rôle central dans la répartition des zones de fonction par les porcs. La zone d'alimentation est fixe. Lors des journées portes ouvertes, je vois passer des aménagements dont je peux dire à l'avance qu'ils ne seront pas un succès. Par exemple, la nourrisseur n'est pas adaptée à la taille de l'enclos, ou le sol plein est trop éloigné de la nourrisseur. Tout est lié", explique M. Verbakel.

Selon Bert, la taille de l'enclos, la conception du sol et le type de porc déterminent le type de nourrisseur qui doit être installé. "Mais ce conseil n'est généralement pas demandé à nous ou à nos concessionnaires, alors que nous avons ces connaissances. Mais même dans ce cas, une nourrisseur ne doit pas nécessairement être plus chère, car nous avons des catégories de prix différentes pour les différentes versions. En tant qu'agriculteur, vous ne pouvez que vous faciliter la tâche en disposant à l'avance de la bonne nourrisseur. Dans ce cas, vous avez tout simplement beaucoup moins de problèmes avec le comportement du fumier".

Service interne

Verbakel a acquis la connaissance du rôle de la nourrisseur dans l'étable en effectuant lui-même le service et l'entretien pour ses clients ces dernières années. "Nous devons continuer à fournir de la qualité, car une auge doit durer des décennies. En effectuant nous-mêmes le service et la maintenance dans toute l'Europe, nous savons comment nos produits fonctionnent dans l'étable et nous avons beaucoup appris sur le rôle de l'auge dans l'installation."

Verbakel a sciemment délégué la vente aux revendeurs, qui sont principalement des installateurs de granges. "Les trémies d'aliments pour animaux ne sont pratiquement jamais vendues par le commerce, car ce n'est pas la priorité absolue des éleveurs. Ils préfèrent acheter l'ensemble de l'équipement auprès d'un seul distributeur, il est donc logique pour nous de vendre les auges par ce biais", explique Bert.

Ne pas externaliser la production

Le site de production de Verba se trouve au même endroit à Sint-Oedenrode depuis 1978, ce qui est remarquable pour une entreprise qui opère dans un secteur où la concurrence est principalement basée sur le prix de revient. Bert Verbakel, cependant, est catégorique quant à l'externalisation de la production à l'étranger. "Production bon marché

Vous y parviendrez par une efficacité élevée et non par une main-d'œuvre moins chère. En automatisant le processus de production, vous pouvez également être compétitif sur le prix de revient."

Mais M. Verbakel estime également que la fabrication à l'étranger n'est pas une option lorsqu'il s'agit de service. "Dans notre secteur, produire en stock n'est pas une option, le client doit donc composer avec les délais de livraison. Souvent, ils ne veulent pas attendre pour cela. Et comme le transport vers l'Europe n'est pas non plus bon marché, nous avons choisi de maintenir la production dans notre région.

Verba préfère garder non seulement sa production, mais aussi sa recherche dans la région. Depuis des années, l'entreprise entretient des contacts chaleureux avec VIC Sterksel. Verba fabrique, entre autres, des nids pour porcelets selon le principe de Pro Dromi. "Nous aimons apporter notre contribution à l'évolution de l'élevage porcin et, inversement, VIC Sterksel nous aide à faire connaître notre nom à l'étranger", explique Bert. "À première vue, les auges ne sont pas une pièce que l'on s'attend à trouver dans une exploitation porcine.

Il faut beaucoup d'innovation. C'est principalement le matériel qui ne peut pas faire l'objet d'une innovation", admet Bert.

Néanmoins, selon le directeur général, il y a encore beaucoup de place pour le développement autour de la station d'alimentation des porcs. "Pensez aux techniques RFID, qui vous permettent de laisser les portées intactes, mais aussi de les nourrir individuellement", explique Bert avec enthousiasme. "Les portées de truies grossissent, donc les sections de porcs d'engraissement vont à nouveau diminuer. Je suis convaincu que nous allons revenir à des porcheries de 12 à 15 porcs, afin que les portées puissent rester ensemble. Un système d'alimentation qui peut ensuite nourrir individuellement les verrats et les cochettes d'un même troupeau est essentiel."

Toutefois, l'expérience a appris à M. Verbakel que les innovations ont environ cinq ans d'avance sur le marché. " C'est un fait récurrent à chaque innovation. Le marché n'y est prêt que cinq ans après son introduction. Mais nous y travaillons déjà."

Une autre tendance notable que M. Verbakel a remarquée est le retour du système dit "under crawl". Au début des années 1980, Verbakel commercialisait déjà des étables qui créaient un microclimat pour les porcelets, éventuellement en combinaison avec un chauffage par le sol. "Dans les années 70 et 80, les sous-coques et les caisses à porcelets se vendaient par dizaines de milliers chaque mois. Jusqu'à ce que les stalles à truies inclinées deviennent populaires. Aucune cabine ou charrette n'était appropriée pour cela, et les ventes ont donc diminué. Mais avec l'augmentation actuelle du nombre de porcelets nés vivants, on peut encore voir l'intérêt pour les undercoops croître considérablement. Ces porcelets ont besoin de leur propre climat."

Profil de l'entreprise

Verba est le nom de marque des produits fabriqués par Verbakel. L'entreprise est située à Sint-Oedenrode (Noord-Brabant) et est établie depuis 1978. Verbakel est uniquement active dans le secteur de l'élevage porcin et vend principalement des mangeoires pour l'industrie de la viande. L'entreprise est dirigée par Bert Verbakel (68 ans).

La conception, la production et la livraison de mangeoires constituent de loin le principal chiffre d'affaires de Verba. Verba dispose désormais d'une gamme de plus de 100 types d'abreuvoirs différents. On connaît également les auges sous rampantes et les nids de porcelets en plastique, qui reprennent le principe de ProDromi. Les Pays-Bas constituent une importante zone de vente, mais 85 % du chiffre d'affaires est réalisé à l'étranger. En principe, Verbakel est actif dans tous les pays qui élèvent des porcs, jusqu'en Extrême-Orient, en Océanie et en Afrique du Sud. En Europe, tous les produits sont distribués par l'intermédiaire de revendeurs. En dehors de l'Europe, Verba dispose de ses propres bureaux de vente. L'entreprise compte 26 employés permanents.

Texte : Rob van Ginneken